10 novembre 2010

L'appa(dis)parition

Ca devait bien arriver. Ce n'est pas faute de vous avoir avertis : ne pas parler aux inconnus, ne pas accepter de bonbons sortis de dessous les imperméables, ne pas monter dans des voitures sans freins (sous peine de les ronger), i tuttti quanti.
La maîtresse a reçu la visite ce matin d'une pauvre mère éplorée, venue en stop de Baden-Baden (revoyez vos cartes), après être passée par Strasbourg où un brave camionneur prénommé Bébert, ému par sa détresse, l'a déposée aux portes de la capitale, non loin de la Maison de la Radio. Cette pauvre femme, ployant sous un sac à dos improbable a surgi à la porte de l'école, épuisée, le cheveu en bataille et nauséeuse après des heures passées à discuter avec des gaz échappés d'on ne sait quelle pompe à gasoil à deux balles.
Notre petit Christophe, redoublant émérite, a donc disparu.
Mais a-t-il vraiment disparu, hum ? Nous le connaissons bien.





21 commentaires:

  1. Dernière nouvelle , il était aperçu devant la maison d'édition Gallimard mais sans manuscrit !

    RépondreSupprimer
  2. Il est des disparition sur lesquelles, tout à coup, l'on ne s'étonne plus. Suffit d'apprendre le motif du bon de sortie par les bonnes personnes.

    RépondreSupprimer
  3. " Au suivant" dit Brel , à la suivante dit Henry .

    RépondreSupprimer
  4. L'a peut-être semé quelques cailloux... à suivre !

    RépondreSupprimer
  5. Oui, il y a les Petits Poucets et ceux qui méritent les poucettes. Questions de mœurs...

    RépondreSupprimer
  6. Le petit Christophe a plus d'un détour dans son sac !

    RépondreSupprimer
  7. Charles A.Perault :
    Vous avez vu ses petits cailloux gris ?

    RépondreSupprimer
  8. Redoubler, ce serait... doubler indéfiniment alors et finalement ? Bizarre le coup du 1er blog qui explose le jour où tous les blogs logés à la même enseigne sont shuntés pour cause technique. Pas plus de député que de beurre. La confiture, elle était... au crabe ?

    ArD

    RépondreSupprimer
  9. Mmmhhh s'agirait plutôt d'une histoire du Père Castor...

    RépondreSupprimer
  10. L'histoire ne dit pas ce qu'a fait la maîtresse en présence de la maman...Je sais je suis bien curieuse mais bon...

    RépondreSupprimer
  11. Pour la maman, voyez Norman Bates dans Psychose (Bloch, 1959).

    ArD

    RépondreSupprimer
  12. Et relisons L'Adversaire de Jean-Claude Carrère.

    RépondreSupprimer
  13. Jean-Claude Romans.
    Emmanuel Carrère

    RépondreSupprimer
  14. Tiens, oui... comme l'amalgame est curieux...

    RépondreSupprimer
  15. Emmanuelle fut d'abord un roman (d'Arsan, mais pas sans art)…

    RépondreSupprimer
  16. Et surtout Je suis vivant et vous êtes morts !

    RépondreSupprimer
  17. Cela dit, c'est avec ce genre d'amalgame qu'on peut faire Carrière…

    RépondreSupprimer
  18. Oui et on Encausse toujours !

    ArD

    RépondreSupprimer
  19. Blague à part, c'est pas chez Gallimard qu'on va les trouver.

    RépondreSupprimer
  20. ... blague à part, et blogue à part, bien sûr.

    RépondreSupprimer

Carnet de correspondance